Histoire du club

Rattaché à l’ Amicale Laïque de Maffliers lors de sa création, le club a prit son indépendance en 2014 pour devenir le Koryu Karaté Budo Traditionnel, association loi 1901.

Le Koryu Karaté Budo Traditionnel est une association de Karaté Shotokan traditionnel affilié à la Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées (FFKDA).

Le Karaté Shotokan créé par Maître Gichin FUNAKOSHI (1868-1957), est un art martial japonais originaire d’okinawa, privilégiant les percussions.
Nous incluons également des techniques de Taï Jitsu dans notre budo.Le Taï Jitsu est un art martial aux origines japonaises, ayant des techniques similaires au Karaté, Aïkido et Judo.

Le Koryu Karaté Budo Traditionnel délivre les grades jusqu’à la ceinture marron. A partir de la ceinture noire 1er DAN et plus, c’est devant un jury officiel FFKDA, que les grades sont délivrés.
Maître Gichin FUNAKOSHI (1868-1957)


Maître Gichin FUNAKOSHI (1868-1957)

 

Histoire du Karaté

Au début du XVéme siècle l’île d’Okinawa est dominé par l’empire chinois. Interdit de porter des armes, les habitants accentuèrent leurs efforts aux techniques de combats à mains nues.

Au début du XVIIéme siècle, lors de l’invasion japonaise de l’île, l’interdiction est maintenue et renforcé.

L’enseignement de maître à disciple se fait oralement et par l’intermédiaire des katas.

C’est au cours de ce siècle que se produisit la véritable synthèse de « TE » local et des arts martiaux chinois originaires du temple de Shaolin qui devait aboutir progressivement

au « TO DE », ancêtre du karaté actuel.

Au début du XIXème siècle, le karaté d’Okinawa est composé de trois styles : Tomari-te, Shuri-te, Naha-te. ( Nom des trois villages).

Au début du XXème siècle maître Asato ITOSU a réussi à faire évoluer le karaté en le faisant intégrer dans le programme scolaire des écoles de l’île.

C’est Gichin FUNAKOSHI, originaire de Shuri qui importa le karaté d’Okinawa au Japon.

En 1922, il présente pour la première fois le karaté au Japonais, et plus tard sur l’invitation de Jigoro KANO (fondateur du judo), il montrera son art au Kodokan ( dojo créé en 1882 par maître KANO ).

Maître FUNAKOSHI décide de rester dans la capitale, et fonde en 1938 son propre dojo le Shotokan.

Actuellement les transformations les plus flagrantes que l’on retrouve dans le Shotokan sont dues à son fils Yoshitaka FUNAKOSHI.

Ce dernier introduisit des exercices de combats et adaptera la pratique du karaté à la tradition japonaise.

Contrairement au judo et à l’aïkido, le karaté fut l’œuvre de plusieurs maîtres et de disciples à travers plusieurs écoles et de styles différents ayant leurs propres techniques.

Le karaté est un art martial privilégiant les percussions.

Par contre les techniques de jutsu peuvent se greffer dans la voie traditionnelle, quelques soit le style pratiqué.

Chaque enseignant façonne son karaté avec ses expériences personnelles, mais respecte le programme imposé pour le passage de grade/dan.

Le karaté traditionnel n’ayant pas de règles, est efficace aussi bien à distance qu’au corps à corps.